Croce

Présentation

CROCE (vallée d’Ampugnani)

A découvrir pour son étonnant patrimoine religieux et sa « Piana di Santa Claude » !

 

Croce signifie « croix » en corse. Cette commune est bâtie le long d’une arête sommitale ainsi que beaucoup de villages de l’époque, nécessité oblige : « pour voir venir l’envahisseur », à une altitude de près de 800 mètres. Depuis certains endroits de son territoire il est possible de voir la mer. 

Croce possède deux hameaux : Le hameau de Poggio (Poghju) qui se situe en contrebas du village, au sud-ouest, accessible par une route communale et au sud, le hameau de Sorbello (Surbellu : en corse « le sorbier »), accessible par un chemin privé partant du parvis de l’église. Ce dernier hameau dont la plupart des habitations sont en ruine possède, depuis peu, deux maisons restaurées et habitées.

hameau de Poggio

Croce fut un lieu habité dès le XVIème  siècle comme tend à le prouver les plus anciennes bâtisses visibles sur la commune. Les habitations sont en schiste, leurs toits sont traditionnellement couverts de lauzes (ardoise). Une des maisons porte encore la date de sa construction: 1514 ! Plusieurs fours à pain en bon état, sont visibles de part et d’autre. Une ancienne fontaine-lavoir de Chioso, en bord de route, a été entièrement restaurée. D’autres fontaines, plus récentes ont été placées çà et là pour les besoins des villageois. Au Moyen-âge, Croce faisait partie des villages qui produisaient des céréales et des châtaignes en assez grande quantité, du bois et des fruits.

Le territoire communal est étendu, la forêt de San Pietro d’Accia (San Petrone) est divisée en deux massifs, dont l’un au nord sur les crêtes, concerne Croce.. Le point le plus élevé (1 655 m) du territoire de Croce se situe à proximité du Monte Goio, un peu au nord, sur la dorsale du San Petrone et les limites de la commune sont définies, au sud, par la rivière Fium’Alto.

 

 

 

 

Le Saint patron du village est Saint Césaire, diacre et martyr de Terracina, auquel l’église paroissiale est dédiée. L’église Saint Césaire  a été reconstruite à l’emplacement d’un ancien édifice. Remaniée une première fois entre 1760 et 1783, son clocher, relativement plat pour la région, a été construit plus tard en 1931 ainsi que le mentionne la date portée sur l’œuvre. L’église, de style baroque, est grande et possède cinq autels secondaires ainsi que de nombreuses œuvres de la liturgie chrétienne et des objets du culte, dont un tableau (d’auteur inconnu), daté de la fin du XVIème siècle, classé au titre des Monuments historiques : « La Vierge au rosaire avec Saint Dominique et Sainte Catherine ». 

 

Parmi les autres tableaux d’autels, notons une œuvre étonnante : « Saint François-Xavier baptisant les Indiens » (représentation du baptême des Indiens par saint François-Xavier figuré en pied, sur un fond de paysage marin, avec deux de ses attributs : le crucifix et le crabe.)

Plusieurs croix de procession et bannières dont une de la confrérie de pénitents de Sainte-Croix, daté de la fin du XVIIIème (représentant deux pénitents cagoulés de blanc aux pieds du Christ en croix) et un Chemin de croix également de la fin du XVIIIème siècle, complètent le tout …

La porte d’entrée magnifiquement sculptée est l’œuvre d’un artisan local. L’intérieur, stuqué et polychrome,  présente au-dessus de son maître-autel une surprenante colombe du Saint Esprit en vol.

chapelle Ste Lucie

La chapelle Sainte Lucie, située dans le hameau de Poggio avec un point de vue remarquable sur la vallée, est construite en bâti traditionnel de schiste et ardoise. Elle pourrait dater de la fin du  XVIIème siècle et est dotée d’un clocher porche. Elle possède quelques œuvres remarquables, notamment : une peinture monumentale représentant « Saint Joseph et l’Enfant Jésus, Saint Jean-Baptiste, Saint Pierre et Saint Expédit »,  un meuble de sacristie en bois datant de mars 1729, et un intéressant dais d’autel composé de six panneaux en bois représentant le Christ …

 

La Chapelle Saint Marcel, située dans le hameau de Sorbello, est une ancienne église paroissiale datant du Moyen Âge. Mais déjà notée en ruine en 1646, il n’en reste plus actuellement que des vestiges. Enfin, Au cœur du village, une ancienne chapelle Saint Roch a été transformée en dépendance privée et n’est donc plus ouverte au culte.

Ce village fut la patrie de nombreux Corses parmi lesquels nous citerons, pour l’anecdote, les Franzini, de Poggio, qui grâce à la découverte du trésor du Ponte Biancu en 1769 devinrent la famille la plus riche de la piève d’Ampugnani. Autre personnalité marquante du village et illustre membre de la famille, Claude Franzini fut le créateur de génie d’une curiosité locale baptisée « A Piana di Santa Claude » considérée comme le Versailles des jardins corses (privé). Décédé le 22 juin 2012 d’une longue maladie, La municipalité a décidé que la commune observerait une journée de deuil, pour rendre hommage à cette figure hors norme.  Enfin, nous citerons  Antoine Franzini, (1696-1764), directeur du noviciat de Rome, auteur d’un « journal spirituel comprenant un choix de dictons et actes de saints ou d’autres personnes d’une vertu singulière» !

Vous pourrez séjourner dans le village de Croce dans des gîtes ruraux ou des gîtes communaux et pourrez également y trouver des artisans producteurs de fromages.

Texte et photos : Catherine Geyschläger / Sources: commune de Croce

 

Portail de l’église Saint-Césaire

 

Coordonnées

Adresse : 

20237 CROCE

Contact : 

Tél :  04 95 39 20 4